Automutilation, scarification : blessures d'ado, ado blessés

Mise à jour par Louise Culot, journaliste santé le 23/12/2016 - 09h50
-A +A

L'automutilation, la scarification sont souvent des appels à l'aide. Lorsqu'un adolescent manifeste son mal-être en s'entaillant la peau, la meilleure manière de réagir est de l'aider à se confier, à s'exprimer autrement.

PUB

L'entaille, trace d'un mal-être

L'automutilation est d'abord le symptôme d'un mal-être. « Quand un ado se scarifie, c'est plus souvent un appel à l'aide, le signe d'une détresse qu'une envie de s'autodétruire. Cet appel à l'aide doit être pris en considération », explique Catherine Rioult, psychologue clinicienne et psychanalyste, spécialiste de l'accompagnement thérapeutique d'adolescents. Plutôt que d'automutilation, elle parle de scarification, un terme qui aide à dédramatiser et décrit mieux cette pratique chez les adolescents. « La scarification signifie qu'une personne s'entaille la peau. Le fait de laisser un trace et de provoquer un écoulement de sang sont des éléments importants, mais la blessure reste épidermique. L'automutilation sévère, comme par exemple lorsque Van Gogh se découpe une oreille, est beaucoup plus grave et associée à une pathologie plus lourde ».

La scarification est à prendre au sérieux

Les pratiques de scarification ne sont pas à prendre à la légère, mais elles ne signifient pas nécessairement qu'une personne souhaite mourir ou qu'elle souffre d’une pathologie sévère. « Les scarifications peuvent être un symptôme qui s'inscrit dans un tableau de pathologie borderline ou associées au trouble du comportement alimentaire. Elles peuvent être aussi une pratique isolée. Lorsqu'un jeune se scarifie, d'autres indicateurs doivent être pris en considération pour évaluer la gravité de la situation. Est-ce que les résultats à l'école se dégradent ? est-ce qu'il ou elle entretient des relations d'amitié ou est-ce qu'il est seul, isolé ? Il est nécessaire de connaître le contexte pour réagir adéquatement », poursuit Catherine Rioult.

Initialement publié par Louise Culot, journaliste santé le 23/12/2016 - 09h50 et mis à jour par Louise Culot, journaliste santé le 23/12/2016 - 09h50

Catherine Rioult est l'auteure de "Ados : scarifications et guérison par l'écriture", Editions Odile Jacob, 2013 (http://catherinerioult.com).

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Amours d'ados, mode d'emploi spécial parents ! Publié le 26/06/2015 - 15h27

L'adolescence est une période souvent déstabilisante pour les parents. Pas évident de voir son "petit bout" grandir et prendre son indépendance ! Parmi les grandes étapes de l'adolescence figure la découverte de l'amour. Quelques conseils pour bien g...

Tamoxifène : il ferait grandir les ados ! Mis à jour le 18/04/2006 - 00h00

Le Tamoxifène, un médicament utilisé pour bloquer les cellules cancéreuses dans certains cancers du sein, pourrait aider les garcons de petite taille à gagner quelques centimètres. Cette propriété n'a toutefois pas encore été approuvée par les autori...

Camp scout : comment revenir en bonne santé ? Publié le 24/07/2015 - 10h49

Les mouvements de jeunesse en Belgique ? C’est une vraie institution, qui regroupe des centaines de milliers de jeunes. Et tout ce beau monde ou presque passe plusieurs semaines ensemble, sans parents, pendant les traditionnels camps de l’été. Commen...

Plus d'articles