L'athlétisme expliqué aux enfants

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 14/10/2003 - 00h00
-A +A

Cet été, les championnats du monde d'athlétisme ont suscité un regain d'enthousiasme pour ce sport ancestral, notamment de la part des plus petits. Mais, comment exploiter ce filon?

PUB

Plus malade qu'on ne le croit!

Un meeting d'athlétisme est un spectacle grandiose. Mais les succès médiatiques ne doivent pas occulter le fait que, dans de nombreux pays, ce sport est moribond. En dehors des grandes dates, le public boude les compétitions et les fédérations assistent, impuissantes, à une désaffection de leurs membres. "Trop dur !", voilà l'excuse avancée par de jeunes sportifs qui commettent l'erreur de comparer leurs modestes chronos avec ceux des champions. Dans un premier temps, il faut oublier l'idée de performance pour découvrir les autres charmes de l'athlétisme. Ainsi, chez les enfants, on privilégiera un apprentissage technique sous forme de petits jeux. On leur demandera par exemple de courir à la vitesse de quelqu'un qui marche, ou de calquer sa course selon différents rythmes sonores. Succès garanti!

Des chasseurs ne sachant pas chasser

Certaines disciplines impliquent carrément de reconstruire le mouvement. Prenons le lancer du javelot: dans un premier temps, les enfants ont tendance à copier les stars de la télé. Catastrophe! Aucun ne réussira à trouver la position adéquate. Le travail du moniteur consiste alors à proposer des exercices progressifs comme de lancer des balles à travers des cerceaux, privilégiant ainsi le geste au résultat. Bien sûr, cela nécessite de la créativité de la part de l'encadrement. Les éducateurs doivent apprendre à voir les choses à travers les yeux de l'enfant. Pour celui-ci, la haie est un obstacle d'une grande traîtrise. Elle lui fait peur. Comme par miracle, cette appréhension disparaît si les haies sont remplacées par deux tapis de sol dressés l'un contre l'autre. Les lancers, les sauts, les sprints aussi peuvent faire l'objet d'un subtil découpage. Ainsi, après leur avoir entravé les pieds avec une bandelette de caoutchouc, on demandera aux enfants de se déplacer, soit en déroulant à petits pas la cheville sur le sol, soit en faisant des bonds. On travaillera du même coup les qualités de "pied" et la détente. On peut aussi les faire marcher sur une boîte en carton posée sur la piste, avec interdiction formelle de l'écraser. Car on retrouve, dans le geste d'allègement du corps, un travail d'impulsion de la jambe d'appel très semblable à celui des sauts. Et la magie de l'enfance transformera un exercice de multibonds en passages de rivières à dos d'hippopotame.

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 14/10/2003 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les staphylocoques attaquent nos sportifs Mis à jour le 07/10/2003 - 00h00

En plein mondiaux d'athlétisme, une alerte a été lancée face à un nombre grandissant de cas d'infections dermatologiques par des staphylocoques résistants à la méthycilline. Ce phénomène pourrait mettre en danger nombre de sportifs.

L'électricité, ça muscle énormément ! Publié le 07/10/2013 - 16h02

L'électrostimulation est une technique de renforcement musculaire qui permet de se muscler sans faire de sport. Elle est souvent utilisée par les sportifs professionnels... Mais peut rendre de grands services à beaucoup plus de gens encore !

Athlètes : attention au risque de mort subite Mis à jour le 08/11/2005 - 00h00

La pratique d'un sport en compétition peut augmenter le risque de mort subite. Ce sur-risque n'est le plus souvent pas imputable au sport lui-même, mais découle d'une pathologie cardiaque sous-jacente. Pour pallier cet inconvénient majeur, les athlèt...

Plus d'articles