Les asthmatiques en MIROIR

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 17/12/2002 - 00h00
-A +A

MIROIR est une enquête menée conjointement auprès des Belges par l'INRA et auprès de médecins par le Journal du Médecin et soutenue par AstraZeneca, un des leaders mondiaux dans le traitement des patients asthmatiques.

PUB

Cette enquête est intéressante à plus d'un titre. Tout d'abord, on sait que l'asthme devient une maladie de plus en plus répandue. Ensuite, malgré des traitements efficaces, cette affection reste encore assez mal contrôlée. Enfin, mettre en parallèle l'avis de personnes souffrant ou non d'asthme et l'avis de médecins permet de savoir comment la maladie est ressentie et donner de nouvelles options pour une meilleure prise en charge. A noter que cette enquête était une des premières du genre en Belgique. Elle a porté sur 2000 contacts de 15 ans les plus représentatifs de la population belge. Près de 150 se sont déclarés asthmatiques et 950 autres personnes non asthmatiques ont été choisies parmi l'ensemble de manière aléatoire. Par ailleurs, 500 médecins, essentiellement des généralistes, ont renvoyé le questionnaire paru dans l'hebdomadaire " Le Journal du Médecin ". L'asthme est considéré comme une maladie handicapante par 66% des personnes et 57% des médecins. Cependant près de 9 patients sur 10 et 99% des médecins jugent positivement les traitements visant à contrôler l'asthme.

Difficile à vivre

Toutefois, parmi les asthmatiques, 1 patient sur 2 avoue éprouver des difficultés à soutenir un effort physique. Un tiers des patients souffrent de troubles du sommeil et la même proportion se dit gênée dans leurs activités quotidiennes. Ce jugement un peu paradoxal provient du fait que l'asthmatique s'habitue à sa maladie tant que la crise peut être jugulée. D'ailleurs, les patients estiment que leur état pourrait s'améliorer ce que confirme les médecins dans 77% des cas.Le traitement de l'asthme vise d'une part à améliorer l'état du patient pendant la crise mais aussi à réduire l'inflammation entre les crises.Ceci pourrait être réaliser par un traitement plus régulier des patients. En effet, 4 patients sur 10 disent suivre le traitement de fond visant à réduire l'asthme en dehors des crises alors que les médecins prescrivent ce traitement à 8 patients sur 10. Ceci signifie que la moitié des patients auxquels le traitement est prescrit ne le suivent pas !

Mieux traiter

L'objectif au-delà des chiffres est bien sûr d'augmenter l'observance du patient au traitement. Or que reproche-t-il aux traitements disponibles aujourd'hui ? Rien de particulier. En fait pour la plupart, ils l'oublient entre les crises… Mais la priorité la plus souvent citée par les patients concerne la diminution du nombre de médicaments à prendre. Certaines personnes doivent en effet utiliser jusqu'à 4 médicaments par jour !Or, il existe sur le marché des produits qui allient le traitement pour les crises (à action rapide et prolongée dans le temps) et pour l'inflammation chronique des patients en une seule inhalation. Il est donc nécessaire de mieux informer le public sur cette maladie et, dans le même temps, renforcer les messages pour qu'ils suivent mieux leur traitement de fond !

Ces médicaments sont au nombre de deux : le Symbicort® commercialisé par AstraZeneca et le Seretide® commercialisé par les laboratoires GSK. La différence essentielle entre les deux médicaments précités réside dans le fait que l'un existe sous différents dosages (Seretide®), alors que l'autre ne se présente que sous une seule forme (Symbicort®) à utiliser en fonction des besoins.
(i)INRA est la première société d'études de marché en Belgique
Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 17/12/2002 - 00h00 Conférence de presse du 5/12/2002 " Enquête Miroir sur la perception de l'asthme "
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Asthme et reflux gastrique sont souvent liés Publié le 26/01/2017 - 11h27

Les reflux d'acide gastrique dans l'oesophage, appelé reflux gastro-oesophagien (RGO), peuvent provoquer des crises d'asthme . Il convient donc de traiter le RGO chez les patients asthmatiques . C'est particulièrement important chez l'enfant.

Asthme : et si les antibiotiques calmaient la crise ? Mis à jour le 25/07/2006 - 00h00

Même si l' asthme est bien soigné par un traitement de fond, des crises d' asthme peuvent se manifester. Une étude préliminaire suggère que certains antibiotiques , même en l'absence d'infection, peuvent améliorer les symptômes de la crise d' asthme...

Plus d'articles