Après un accident ischémique transitoire : des habitudes à prendre

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 01/03/2017 - 10h52
-A +A

L'accident ischémique transitoire (AIT), ou attaque cérébrale, est un mini-accident vasculaire cérébral (AVC). C'est aussi un signe avant-coureur du véritable accident vasculaire cérébral, et de l'infarctus du myocarde... à moins de prendre certaines mesures au quotidien.

PUB

Accident ischémique transitoire ou mini-AVC

L'accident ischémique transitoire (AIT), ou attaque cérébrale, est dû à une obstruction transitoire d'une artère cérébrale par un caillot sanguin, qui dure en général moins d'une heure. Mais très souvent, cet accident est un signe avant-coureur d'un véritable accident vasculaire cérébral (AVC) qui, lui, se traduit par une interruption prolongée de la circulation sanguine responsable d'une destruction irréversible de neurones. Autrement dit, l'AIT est un mini-AVC qui nécessite une prise en charge urgente afin de prévenir un AVC ultérieur, d'où l'intérêt de mettre en place immédiatement après le traitement d'urgence des mesures préventives de récidives et d'AVC. A noter également que l'AIT augmente aussi le risque ultérieur d'infarctus du myocarde.
 

Quels sont les signes d'un AIT ?

Toutes sortes de symptômes peuvent être ressentis, en fonction de l'artère occluse et de la zone du cerveau atteinte : engourdissement, diminution de la sensibilité, faiblesse voire paralysie d'un bras, d'une jambe, cécité d'un seul œil, etc.
 

Quelles sont les mesures préventives ?

Surveillance de la pression artérielle
La pression artérielle doit être strictement surveillée et ne pas dépasser 140/90 mmHg en l'absence de tout autre facteur de risque. Si nécessaire, un traitement antihypertenseur est prescrit et son efficacité est contrôlée par l'auto-mesure tensionnelle (le patient mesure lui-même, régulièrement, à son domicile, sa tension artérielle).

Limitation du sel
Les apports en sel ne doivent pas dépasser 6 g/jour.

Surveillance du cholestérol
En cas d'excès de cholestérol, d'antécédent coronarien ou d'autres facteurs de risque, la prescription d'une statine (médicament anti-cholestérol) est nécessaire.

Surveillance de la glycémie
En cas de diabète, en plus de la surveillance de la tension artérielle et du taux de cholestérol, la glycémie doit être contrôlée régulièrement.
 

  • En cas de tabagisme

Le sevrage s'impose, si nécessaire à l'aide de substituts nicotiniques. Les patchs nicotiniques sont autorisés. Contrairement à une idée reçue, ils n'augmentent pas le risque d'infarctus du myocarde.
Par ailleurs, l'exposition au tabagisme passif est à proscrire.
 

  • Réduction ou arrêt de l'alcool

La consommation d'alcool ne doit pas dépasser 3 verres par jour chez les hommes et 2 verres chez les femmes.
 

  • Surveillance du tour de taille

Une réduction du poids doit être envisagée lorsque le tour de taille dépasse 88 cm chez les femmes et 102 cm chez les hommes.
 

  • En cas de traitement hormonal

Tout traitement hormonal substitutif de la ménopause doit être arrêté.
Concernant la contraception orale, les pilules oestroprogestative sont contre-indiquées. Il faut donc trouver une contraception non-hormonale ou une pilule contenant uniquement un progestatif.

  • Combattre la sédentarité

Selon les possibilités de la personne, l'objectif à atteindre doit être équivalent à une activité physique régulière d'au moins 30 minutes par jour.

Cette prise en charge anti-récidive est à mener sur le long terme. Ce n'est qu'en contrôlant les facteurs de risque que l'on peut limiter la survenue d'un nouvel accident.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 09/03/2009 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 01/03/2017 - 10h52

Recommandations de la Haute autorité française de santé, mars 2008.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Plus d'articles