Anorexie mentale

PUB

On distingue 4 grandes phases dans l'anorexie mentale :

  • Contrôle excessif de l'alimentation et désir de perdre du poids, même si celui-ci est inférieur à la normale.
  • Atteinte du poids corporel minimal qui coïncide, dans la plupart des cas, avec la première visite médicale souvent imposée par la famille. Pendant cette phase, le comportement alimentaire varie et le poids fluctue sans jamais revenir à la normale.
  • Episodes de fringales alimentaires suivis d'une reprise de poids. Cette perte du contrôle alimentaire est souvent accompagnée d'une très grande souffrance et ressentie comme un constat d'échec.
  • Retour à un poids à peu près normal et préoccupation de l'anorexique davantage centrée sur sa vie affective et amoureuse ainsi que sur son orientation professionnelle.
Les manifestations de l'anorexie mentale se présentent comme suit :

  • Intérêt soudain et exagéré pour une saine alimentation , autant en ce qui concerne le choix des aliments que leur préparation.
  • Restriction alimentaire délibérée.
  • Prise de contrôle de la cuisine : surveillance de la préparation des repas et de l'alimentation des autres membres de la famille.
  • Amaigrissement : la perte de poids peut atteindre jusqu'à 25 % ou 30 % du poids corporel.
  • Aménorrhée chez les femmes pubères : la diminution importante du gras corporel s'accompagne d'une régression hormonale vers un stade prépubère, ce qui entraîne la disparition des règles.
  • Dépense énergétique exagérée : toujours en mouvement, l'anorexique dépense souvent beaucoup d'énergie en faisant de l'exercice physique tout en ne consommant pas suffisamment d'aliments.
  • Ralentissement des battements cardiaques (bradycardie), diminution de la tension artérielle (hypotension), sécheresse de la peau, sensation d'avoir toujours froid (hypothermie), constipation et isolement social.
  • Négation de la maladie : ce contrôle excessif sur l'alimentation ainsi que la maigreur qui en résulte procurent un immense plaisir et une très grande satisfaction à l'anorexique, qui a tendance à nier sa maladie.

L'anorexie a de nombreuses causes, dont encore de nombreuses causes inconnues :

  • L'anorexie due aux facteurs biologiques, familiaux ou psychosociaux : ils peuvent prédisposer à la maladie ou servir d'éléments déclencheurs.
  • L'anorexie due à une vulnérabilité psychologique particulière.
  • L'anorexie suite à une élément déclencheur. Ce peut être une taquinerie anodine concernant une partie du corps de l'adolescente ou une remarque sur l'importance d'une saine alimentation.
  • L'anorexie, la conséquence d'une image de minceur privilégiée par la société. Dans les dernières décennies, le nombre de personnes souffrant d'anorexie a augmenté de façon importante.

  • Apprendre à s'alimenter normalement. Vous n'avez pas besoin de compter tout ce que vous mangez, ni tout ce que vous dépensez comme énergie pour être en bonne santé. De plus, il est important de ne pas étiqueter les aliments comme bons ou mauvais. Mangez de tout, goûtez à tout.
  • Laisser le contrôle de la cuisine à d'autres. Si vous êtes adolescente, laissez vos parents reprendre le contrôle de la cuisine, préparer les repas et vous servir des portions normales.
  • Développer une estime de soi qui n'est pas basée uniquement sur l'apparence. Misez sur vos qualités personnelles, votre style original.
  • S'armer de patience. Votre comportement alimentaire ne peut changer du jour au lendemain mais plutôt par étapes successives. Il prendra autant de temps à s'améliorer - des semaines, des mois et parfois des années - qu'il en a pris à se détériorer.
  • Ne pas s'engager dans des activités physiques épuisantes. Évitez de faire de l'exercice de façon compulsive, surtout si votre poids est inférieur à la normale.
  • Se fixer des objectifs réalisables. Prenez le temps qu'il faut pour améliorer votre comportement alimentaire.
  • Maintenir, en tant que parents, un climat familial encourageant la communication. Un milieu affaibli par la culpabilité ne peut que conforter l'anorexique dans le maintien de son contrôle maladif.

  • Vous avez un enfant adolescent et il a perdu du poids de façon anormale. L'adolescence étant une période de croissance, il est normal que, entre 10 et 18 ans, la taille augmente de 20 % et le poids corporel de 75 % à 100 %.
  • Vous êtes adulte. Votre indice de masse corporelle (IMC) est de 17,5 kg/m2, ce qui correspond à 85 % du poids normal ; l'IMC est un rapport obtenu en divisant le poids en kg par la taille en m2.
  • Vous êtes obsédée par l'idée de prendre du poids ou de devenir obèse alors que votre poids est inférieur à la normale.
  • Votre pouls est inférieur à 50 pulsations par minute.
  • Vous avez des faiblesses qui s'apparentent à des chutes de tension.
  • Vous n'avez plus de règles depuis trois cycles consécutifs.
  • Vous avez perdu le contrôle de votre alimentation et vous avez des accès de boulimie qui vous désespèrent et vous donnent des idées suicidaires.

Le médecin fait un examen physique complet au cours duquel il vérifie votre poids, votre tension artérielle, votre pouls, etc. Il vous questionne de façon détaillée afin de connaître vos habitudes alimentaires et vos habitudes d'exercices. Selon les renseignements obtenus, des tests additionnels pourront être demandés afin d'exclure toute autre maladie. Une hospitalisation est parfois nécessaire, en particulier lorsque le risque de mortalité est élevé. Par exemple, si vous avez des idées suicidaires ou lorsque vous avez un ralentissement des battements cardiaques tel que vous risquez de subir un arrêt cardiaque.

Le traitement de l'anorexie est à la fois médical, psychologique et nutritionnel, et a pour objectif d'apprendre à manger normalement. La surveillance médicale est adaptée à chaque patiente anorexique, selon ses besoins et les étapes de la maladie. Avant tout, il est important de comprendre le sens de votre conduite alimentaire restrictive. Le rôle du médecin, tout comme celui du psychologue et du nutritionniste, est de vous accompagner tout au long de ce cheminement pour combattre votre anorexie. L'actrice principale dans la guérison de cette affection est l'anorexique elle-même.

Publié par <a href="/taxonomy/term/18972" hreflang="fr">Dr Jean Wilkins, Pédiatre</a> le 06/09/2001 - 02h00 Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Anorexie mentale : peur de grossir ou plaisir de maigrir ? Mis à jour le 13/07/2016 - 16h02

Et si on s’était trompé ? Selon une récente étude française, les jeunes filles souffrant d’ anorexie mentale n’ont pas peur de prendre du poids mais éprouvent une grande satisfaction à en perdre. Pareil, pensez-vous ? Pas vraiment. Cette découverte f...

Anorexie, boulimie: 12 conseils aux parents Publié le 10/04/2012 - 15h39

L’anorexie et la boulimie font partie des troubles du comportement alimentaire . Ces maladies toucheraient 10% de la population, majoritairement des adolescentes. Quels conseils peut-on donner aux parents pour faire face à ces maladies que sont l’ano...

Plus d'articles