Anémie, hémochromatose : bientôt un traitement par l'hepcidine

Publié par Isabelle Eustache le 27/05/2003 - 00h00
-A +A

Des chercheurs viennent de découvrir l'hepcidine, surnommée " l'hormone du fer ". Elle joue un rôle de régulateur du fer dans l'organisme, qui en excès est responsable de l'hémochromatose et en carence de l'anémie, deux maladies particulièrement graves et bien plus répandues que, par exemple, le diabète.

PUB

L'équilibre est subtil autour de ces trois grammes de fer, soit environ 23 millièmes du poids d'un homme ; un peu moins et c'est l'anémie, les tissus s'asphyxient, un peu plus et c'est l'hémochromatose, les cellules s'empoisonnent. Dans le monde, des centaines de millions d'hommes et de femmes souffrent soit d'une carence, soit d'un excès en fer. En France, l'hémochromatose tue chaque année 2.000 personnes.Le fer est un constituant mineur de l'organisme, mais il joue un rôle majeur, voire essentiel à la vie, puisqu'il intervient dans la synthèse de l'hémoglobine, molécule responsable de la fixation et du transport de l'oxygène dans le sang. Son taux doit être maintenu dans une fourchette étroite idéale, mais sa voie de régulation était jusqu'à aujourd'hui pratiquement inconnue.En découvrant une hormone synthétisée par le foie, nommée " hepcidine ", capable de réguler cet équilibre délicat du fer, une équipe de chercheurs de l'Institut Cochin à Paris ouvre enfin de sérieuses perspectives à la mise au point d'un traitement pour ces malades souffrant d'un excès ou d'une carence ferrique.Il vient d'être prouvé qu'un déficit en hepcidine est directement responsable de l'hémochromatose héréditaire. Cette avancée scientifique suggère la possibilité de prévenir cette maladie génétique la plus fréquente dans le monde (une personne sur 200 à 300 est touchée en Europe) en apportant de l'hepcidine.Chez l'animal, des souris génétiquement modifiées qui ne produisent pas d'hepcidine sont atteintes d'hémochromatose, tandis que celles qui produisent sans retenue de l'hepcidine sont perpétuellement anémiées.Des pourparlers sont en cours avec un laboratoire pharmaceutique suisse pour traduire cette découverte en molécules pharmaceutiques utilisables chez l'homme et on peut supposer que d'ici cinq ans les millions de malades du fer pourraient être soignés efficacement en prenant soit de l'hepcidine ou l'un de ses analogues, soit un inhibiteur de cette hormone.

Publié par Isabelle Eustache le 27/05/2003 - 00h00

Nicolas G. et coll., Nature Genetic, mais 2003, CNRS, Inserm, Université René-Descarte, faculté de Médecine Cochin - Port-Royal, Nancy C. Andrews de Howard Hughes Medical Institute de Boston.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Quand le foetus utilise le fer de sa mère Mis à jour le 18/06/2002 - 00h00

L'anémie par carence en fer est une anomalie fréquemment rencontrée chez la femme enceinte. Cette anémie peut avoir des conséquences néfastes sur le développement du fŒtus. Se pose, dès lors, la question du traitement et de sa voie d'administration :...

Alopécie : peut-être manquez-vous de fer ? Publié le 19/10/2017 - 12h55

L'alopécie, la chute des cheveux , est peut-être liée à un manque de fer . C'est en tout cas ce qu'indiquent une grande quantité de travaux scientifiques. Il semblerait que le fer encourage la repousse des cheveux. Alors, manquez-vous de fer ?

Et si c'était une anémie? Publié le 06/02/2012 - 14h50

Fatigue permanente, essoufflement, battements de coeur irréguliers... Et si c'était une anémie ? Elle est fréquente chez nous, surtout à cause d'un manque de fer . Et certaines parties de la population sont particulièrement à risque.

Plus d'articles