L'allogreffe de cellules souches expliquée en vidéo

Vidéo publiée le 19/08/2010 - 16h58 et mise à jour par Blausen (Collectif) le 21/06/2016 - 16h37
-A +A

PUB

Les cellules souches sont des cellules spécifiques situées :

  • soit dans la moelle osseuse,
  • soit le sang périphérique,

qui peuvent se transformer en globules rouges, globules blancs et en plaquettes.

L'objectif d'un traitement anticancéreux comme la radiothérapie ou la chimiothérapie est de détruire les cellules cancéreuses. Malheureusement, la moelle osseuse, ainsi que d'autres cellules saines peuvent également être endommagées au cours de ce type de traitement.

L'allogreffe de cellules souches consiste à transplanter des cellules souches saines issues d'un donneur chez un patient atteint de cancer une fois son traitement terminé. Le donneur de cellules souches le plus approprié est un frère ou une sœur du malade, car on obtient dans ce cas une compatibilité optimale des tissus.

Le type de tissu est défini par une paire de marqueurs génétiques présents sur les globules blancs et appelés antigènes d'histocompatibilité. Chacun des membres d'une paire est hérité de la mère et du père de chaque individu. Plus les marqueurs du donneur et du patient sont proches, plus l'allogreffe de cellules souches aura des chances de succès.

Chez les patients qui n'ont pas de famille, il reste la possibilité de chercher le meilleur donneur possible dans une banque de moelle osseuse. Une fois le donneur le plus approprié identifié, les cellules souches de son sang peuvent être récupérées par le biais d'une intervention simple et non chirurgicale appelée aphérèse.

Quelques jours avant le prélèvement, on administre un traitement au patient afin d'encourager les cellules souches à quitter la moelle osseuse et à passer dans la circulation sanguine. Le sang prélevé dans une veine du bras est passé dans un appareil à aphérèse dit « séparateur de cellules » pour récupérer les cellules souches. Les composants sanguins restants sont récupérés et rendus au donneur par un cathéter posé sur l'autre bras.

Les cellules souches sont ensuite réimplantées ou réinjectées par voie intraveineuse. Il faut attendre environ 2 à 3 semaines pour que la greffe "prenne" et commence à produire de nouvelles cellules sanguines saines.

Une réaction appelée "réaction du greffon contre l'hôte" est possible lorsque les cellules du donneur sont reconnues par le corps du patient (l'hôte) comme des corps étrangers. Afin de prévenir ce genre de réactions, ainsi que le rejet de greffe, un traitement est généralement administré au patient pendant 3 à 6 mois suivant la transplantation.

Vidéo initialement mise en ligne le 19/08/2010 - 16h58 et mise à jour par Blausen (Collectif) le 21/06/2016 - 16h37
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB