Allaitement mixte, mode d’emploi !

Mise à jour par Louise Culot, journaliste santé le 18/08/2016 - 12h02
-A +A

Dans certaines circonstances, les mamans allaitantes doivent compléter les tétées par des biberons. Pour être efficace et viable, l'allaitement mixte doit être bien orchestré !

PUB

Lait maternel : toute dose est bonne à prendre

Pendant les premiers mois de vie d'un bébé, l'allaitement maternel exclusif est recommandé pour autant qu'il soit possible. L'Organisation mondiale de la Santé promeut le maintien de l'allaitement exclusif jusqu'à 6 mois. En Belgique, l'Office de la Naissance et de l'Enfance recommande l'allaitement maternel comme un facteur de bonne santé de l’enfant et de sa mère. Il diminue le risque d'infections, protège des troubles digestifs, de l'anémie, de l'obésité, du diabète et même des risques de mort subite du nourrisson.

Toutefois, il est des circonstances dans lesquelles l'allaitement exclusif peut devenir compliqué à poursuivre (après le congé de maternité, par exemple). « Dans ce cas, il demeure préférable de choisir l'allaitement mixte plutôt que de remplacer complètement le sein au profit du biberon », explique le Dr Liliane Gilbert, pédiatre spécialiste de l'allaitement et présidente du Collège des Conseillers pédiatres de l'ONE. Dans une étude réalisée en 2008 sur des bébés âgés de 4 à 6 mois, il apparaît que les enfants allaités partiellement contractent moins d’infections intestinales, moins d’otites et moins d’asthme que ceux qui ne sont plus allaités du tout.

Plus de lait pour bébé, moins pour maman !

« L'une des différences principales entre la tétée et le biberon, c'est que le biberon demande beaucoup moins d'effort de la part du bébé, le flux est plus automatique, le liquide coule plus facilement, plus abondamment », explique le Dr Liliane Gilbert. « Au sein, le bébé doit provoquer le flux. Un bébé qui s'habitue à ce que le lait coule tout seul risque de perdre l'envie d'aller au sein. Pour éviter de désaccoutumer l'enfant, les tétées doivent donc rester suffisamment fréquentes. »

Dans un premier temps, la diminution de la fréquence des tétées peut provoquer des montées de lait inopinées chez la maman. Mais progressivement, c'est une baisse de la production de lait qui survient. « Lorsqu'il tète, le bébé contrôle le flux mais aussi la quantité de lait produit. Plus il en demande, plus il en est produit, et inversement. » Même si cela varie d'une femme à l'autre, plusieurs tétées quotidiennes seront généralement requises afin de poursuivre l'allaitement mixte sans problème.

Initialement publié par Louise Culot, journaliste santé le 18/08/2016 - 12h02 et mis à jour par Louise Culot, journaliste santé le 18/08/2016 - 12h02

http://www.who.int/topics/breastfeeding/fr/
Voir Brochure de l'ONE sur l'allaitement, disponible en ligne : http://www.one.be/parents/publications-parents/detail-publication/l-allaitement-maternel/
Bilenko N et al, « Partial breastfeeding protects Bedouin infants from infection and morbidity », Asia Pac J Clin Nutr 2008; 17(2): 243-9

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
12 choses que vous ne savez pas encore sur l'allaitement Publié le 03/08/2016 - 14h23

Notre mode de vie moderne laisse peu de place à l’allaitement maternel . Pour une femme, le choix de l’allaitement est ainsi souvent une entreprise difficile. Encore faut-il être soit motivée, sinon soutenue et informée, au risque d’abandonner rapide...

L'allaitement au sein, une protection contre l'asthme Mis à jour le 29/11/2001 - 00h00

Les bénéfices apportés par l' allaitement au sein sont nombreux et bien reconnus par la communauté scientifique et médicale. En revanche, les avantages apportées par l'alimentation maternelle en ce qui concerne la prévention des maladies allergiques...

Plus d'articles