L’alimentation des tout-petits prédit le risque d’obésité

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/07/2013 - 14h41
-A +A

Selon une étude européenne, la nourriture donnée aux nourrissons, et celle des mères pendant la grossesse, a un impact sur l’obésité à deux ans, voire jusqu’à l’adolescence.

PUB

Vive les laits pauvres en protéines !

Selon les résultats d’une large étude menée dans 5 pays européens, les bébés nourris au sein, ou avec un lait artificiel pauvre en protéines, pèsent significativement moins quand ils ont deux ans. Et cette différence de poids prédit aussi un risque d’obésité diminué de 13% à l’adolescence (14 à 16 ans).

 

L’alimentation de la mère compte aussi

L’alimentation de la mère pendant la grossesse est aussi une grosse influence sur la santé des bébés. Un régime méditerranéen ou équilibré améliore la fonction immunitaire des bébés, et même leur QI à cinq ans.

 

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/07/2013 - 14h41 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/07/2013 - 14h41

http://www.project-earlynutrition.eu/

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les bébés nourris au sein, plus intelligents ? Mis à jour le 08/04/2002 - 00h00

Lait maternisé ou allaitement maternel ? Selon une étude américaine, les bébés nourris exclusivement au sein durant les six premiers mois de leur vie développent davantage leurs aptitudes intellectuelles.

Les bienfaits cardiovasculaires de l'allaitement Mis à jour le 22/11/2005 - 00h00

Les prématurés nourris au lait maternel présenteraient à l'adolescence un risque cardiovasculaire moindre, par rapport à une alimentation artificielle. L'effet de l'allaitement maternel surpasserait celui d'un régime chez l'adulte.

La pollution rend les bébés cardiaques Mis à jour le 13/01/2002 - 00h00

Les femmes exposées durant leur grossesse à la pollution atmosphérique ont plus de risque de donner naissance à un bébé porteur d'une malformation cardiaque ou pulmonaire. Ozone et monoxyde de carbone ont été incriminés dans cette étude mais d'autres...

Plus d'articles