L'âge diminue le nombre de rêves

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/06/2009 - 00h00
-A +A

PUB

Avec l'âge, les cycles du sommeil se modifient


  • L'architecture du sommeil se modifie : le sommeil lent profond et le sommeil paradoxal diminuent.

  • Les besoins en sommeil se répartissent différemment sur 24 heures : à partir de 60 ans, les nuits sont plus courtes, tandis que les journées sont ponctuées de coups de fatigue, (surtout après 70 ans).

  • Le délai d'endormissement le soir est plus long.

  • En revanche, l'endormissement le jour est plus facile, d'où les ' coups de fatigue ' et les siestes plus fréquentes chez les personnes âgées.

  • Les périodes d'éveil nocturne entre chaque cycle sont plus nombreuses et plus longues. C'est ainsi que le sommeil nocturne des personnes âgées est troublé par de nombreux "vrais" réveils nocturnes.

  • Les troubles du sommeil sont plus fréquents (syndrome d'apnées du sommeil, syndrome des jambes sans repos). Ils contribuent eux aussi à des réveils nocturnes fréquents.

  • La boucle est bouclée : les éveils nocturnes diminuent la quantité totale de sommeil nocturne, ce qui est à l'origine d'une dette de sommeil, rattrapée par des siestes dans la journée.

Personnes âgées: attention à l'insomnie


Attention toutefois, les difficultés d'endormissement et les réveils nocturnes peuvent aussi se traduire par de vraies insomnies. C'est le cas pour 25 à 40% des personnes âgées. Si les insomnies ont des répercussions sur la vie sociale et si elles se répètent plus de 3 fois par semaine pendant un mois, il y a lieu de consulter pour trouver une solution. Certaines pathologies peuvent être à l'origine des insomnies (troubles urinaires, diabète, insuffisance coronaire, respiratoire, asthme, dépression, démence, cancer…).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/06/2009 - 00h00 Institut national du sommeil et de la vigilance ; Dr Hervé Joly et Julie Joly, " Savoir (bien) vieillir ", Editions Flammarion.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB