Adolescents : pourquoi ont-ils du mal à se lever le matin ?

Mise à jour par Dr Catherine Solano le 05/12/2013 - 15h34
-A +A

C'est un fait, s'il a 16 ans, vous avez du mal à le réveiller pour aller au lycée !

Est-ce la flemme ? Le manque de motivation ? Le signe d'une génération « trop gâtée » ?

Apparemment non ! La science a des explications à ce phénomène qui énerve souvent les adultes !

PUB

Le sommeil des adolescents dépend du tempo de la mélatonine

« Il semblerait, explique Mary Carskadon (1), que le cerveau des adolescents ne soit pas sensible à la lumière de la même manière que celui des adultes. Il serait moins sensible à la lumière le matin, et plus sensible à la lumière le soir ». Or, le soir, quand l'intensité lumineuse diminue, le cerveau fabrique une hormone, la mélatonine qui prépare le corps à s'endormir. Le matin, au contraire, quand la lumière du jour revient, le taux de mélatonine baisse.

Le sommeil de l'ado est décalé
Chez l'adolescent, le taux de mélatonine s'élève plus lentement le soir, et son corps n'est pas prêt à dormir rapidement. La nuit de sommeil commence donc plus tard. Il aurait ainsi besoin de dormir davantage le matin. Et c'est ce qu'il fait, quand il peut. Mais les horaires fixés par les adultes lui commandent souvent de se lever quand il n'a pas eu son quota de sommeil.

Résultat, les adolescents ne dorment pas assez. Mary Carskadon observe que, « en moyenne, ils dorment 7,5 heures par nuit pendant le temps scolaire. Et un quart d'entre eux dort 6,5 heures ou moins. Alors, quand vous comparez leur temps de sommeil réel, et les 9h 1/4 de sommeil dont ils ont besoin pour être le lendemain en état normal d'éveil, il est sûr qu'ils sont en dette de sommeil nuit après nuit ! »

Que faire concrètement ?

Certaines écoles, aux États-unis, ont décidé de débuter plus tardivement les journées d'école pour les adolescents. Le résultat est très positif, d'après les enseignants, les parents et les enfants ! Il y a plus de teenagers en classe : moins d'école buissonnière ou de panne d'oreiller !

La psychiatre américaine conseille aussi une mesure de bon sens : limiter la luminosité ambiante quand vient l'heure de se coucher, afin que la mélatonine fasse plus facilement son effet. Et inversement, maximiser la lumière matinale pour aider l'éveil.

Elle préconise aussi une éducation au sommeil. Expliquer ces phénomènes aux adolescents les aide à se prendre en charge. Et c'est important. En effet, "Si nous avons une sorte d'épidémie de dépression chez les adolescents, insiste ce chercheur américain, il se peut que le manque de sommeil en soit un des éléments".

Initialement publié par Dr Catherine Solano, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 07/06/2005 - 00h00 et mis à jour par Dr Catherine Solano le 05/12/2013 - 15h34

Mary Carskadon est professeur de psychiatrie et de comportement humain à l'université Brown et directeur de recherche sur le sommeil et la chronobiologie au Bradley Hospital à Providence. D'après une interview « Inside the teenage brain ». CARSKADON, M. A., ACEBO, C. and JENNI, O. G. (2004), Regulation of Adolescent Sleep: Implications for Behavior. Annals of the New York Academy of Sciences, 1021: 276–291.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le fragile sommeil des adolescents... Mis à jour le 11/09/2009 - 00h00

Les adolescents négligent souvent leur sommeil . Ils finissent ainsi par accumuler des dettes de sommeil qui nuisent à leur forme physique et intellectuelle, et entravent leur réussite scolaire... Pourquoi et comment en arrive-t-on à une telle situat...

Les ados manquent de sommeil... Publié le 01/09/2016 - 14h59

Les données issues des sondages portant sur les habitudes de sommeil des adolescents sont inquiétantes. Or, le sommeil est pour les ados aussi important par exemple que la nutrition ou la lutte contre le tabac.

Plus d'articles