Acouphène

PUB

On entend deux sortes de sons : les sons subjectifs et les sons objectifs. Les premiers sont des impressions, des bruits qui ne sont pas réels. Les seconds sont des bruits véritables, produits par le corps lui-même. Le son peut être perçu dans une seule oreille ou dans les deux. Parfois, le patient ne peut préciser le côté atteint et il a l'impression que la sensation auditive provient du milieu du crâne. Il semble que les problèmes d'acouphène résultent d'une mauvaise réaction des neurotransmetteurs. Ces "messagers" qui véhiculent les ondes nerveuses tout le long du nerf auditif peuvent, pour une raison ou une autre, devenir déficients et mal faire leur travail. Même si elle est rarement insupportable, cette affection diminue la qualité de vie, en se répercutant directement sur l'humeur. L'acouphène peut, par conséquent, nuire aux relations avec autrui. De plus, il s'accompagne parfois de vertiges, de pertes d'équilibre ou de baisse de l'audition. Une personne sur deux connaît ce problème à un moment donné de son existence et 5 % des personnes âgées en sont affectées en permanence. Les bruits entendus en cas d'acouphène peuvent avoir différentes sonorités : Sons subjectifs :

  • un tintement de cloche ;
  • une voix humaine ;
  • un murmure ;
  • un grésillement ;
  • un bourdonnement ;
  • un sifflement ;
Sons objectifs :
  • un bruit de circulation sanguine ou de contraction musculaire.

Troubles de l'oreille interne

  • Age. Avec le vieillissement et le durcissement des artères, il apparaît souvent une modification de l'ouïe appelée presbyacousie, qui entraîne une perte auditive sur les hautes fréquences, souvent accompagnée de problèmes d'acouphène.
  • Athérosclérose. Le rétrécissement des artères est dû à un dépôt de plaques riches en cholestérol.
  • Maladie de Ménière. Ce syndrome se manifeste par des accès brusques et réguliers de vertiges, accompagnés de bourdonnements d'oreille et de surdité. Il résulte d'une augmentation de pression de l'endolymphe, le liquide naturel contenu dans l'oreille interne.
  • Traumatisme sonore. L'exposition à des bruits intenses, comme l'écoute d'un baladeur (walkman) à l'intensité maximale, ou le travail quotidien en milieu très bruyant peuvent endommager l'oreille interne.
  • Médicaments. Certains produits, surtout l'aspirine, sensibilisent le nerf auditif.
  • Accident vasculaire cérébral.
  • Tumeur du nerf auditif.
  • Fracture du crâne.
Troubles de l'oreille moyenne
  • Otite de l'oreille moyenne. Cette inflammation bouche en partie le conduit auditif.
  • Perforation du tympan. Un bruit très fort, une otite de l'oreille moyenne ou encore un coup porté sur l'oreille peuvent rompre le tympan.
  • Otospongiose. Souvent appelée otosclérose, l'otospongiose est une maladie héréditaire qui réduit la mobilité d'un des petits os de l'oreille moyenne (l'étrier), servant à transmettre les vibrations sonores à l'oreille moyenne. Non traitée, cette maladie peut mener à la surdité.
Troubles de l'oreille externe
  • Bouchons de cérumen. Ils peuvent obstruer le conduit auditif externe.

  • Se méfier des bruits excessifs. Il faut absolument vous protéger des bruits trop forts, qui pourraient causer ou amplifier l'acouphène. Écoutez votre baladeur à une intensité raisonnable. Si vous travaillez dans le bruit ou si vous allez chasser, portez des bouchons ou des protecteurs auditifs.
  • Protéger son sommeil. Dans le silence, les sensations auditives sont plus perceptibles. Si elles nuisent à votre sommeil, une musique douce et relaxante aidera à les masquer.
  • Essayer les techniques de relaxation. Bien que le stress ne soit pas une cause d'acouphène, il semble qu'il y ait tout de même une relation entre les deux. En apprenant à vous détendre, la relaxation peut contribuer à diminuer les sensations auditives désagréables. Des capteurs électroniques sont installés sur le corps pour mesurer les réactions au stress du coeur, des muscles et de la respiration. Ensuite, le thérapeute vous enseigne des techniques de relaxation adaptées à vos besoins. Votre médecin peut vous recommander un spécialiste en relaxation.
  • Expérimenter les masqueurs électroniques. Les audioprothésistes vendent des appareils qui produisent un bruit blanc (bruit couvrant une large gamme de fréquences). Portés le plus souvent possible et à faible intensité, ils peuvent dissimuler l'acouphène. Toutefois, ce procédé n'est efficace que chez un petit nombre de personnes. Parlez-en à votre médecin.
  • Changer de médicaments. Évitez l'aspirine, qui sensibilise le nerf auditif. L'acouphène devrait diminuer ou même cesser si l'aspirine en est la cause. Prenez plutôt du paracétamol ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Prévenir les bouchons de cérumen. Sachez que les cotons-tiges ne font que pousser la cire plus loin dans le conduit auditif externe, favorisant ainsi la formation de bouchons. Pour vous nettoyer les oreilles, utilisez plutôt le coin d'une serviette humide et ne pénétrez jamais à l'intérieur de l'oreille. Si vos glandes sécrètent beaucoup de cérumen, placez de temps en temps une bouillotte remplie d'eau chaude, mais non bouillante, sur vos oreilles. Cela ramollira la cire, qui s'écoulera alors plus facilement. Vous trouverez aussi en pharmacie des gouttes spécialement conçues pour ramollir la cire, vendues sans ordonnance.
  • Chercher de l'aide. L'Association de prévention des traumatismes auditifs APTA (http://audition-prevention.org/site/sommaire.html) ou France audition (http://www.franceaudition.com) par exemple, pourront vous apporter soutien, informations et conseils.
  • Éviter les stimulants. La nicotine, l'alcool et la caféine excitent le nerf auditif de l'oreille interne. Ils augmentent l'acouphène.

Vous entendez souvent des bruits dans vos oreilles en l'absence de sons extérieurs.

Le médecin prendre note des informations importantes et procédera à un examen clinique complet. S'il le juge nécessaire, il vous fera passer une épreuve d'audition (audiométrie) pour évaluer le potentiel auditif. Dans la majorité des cas, ce premier bilan suffit à poser le diagnostic.

Troubles de l'oreille interne L'acouphène est souvent chronique dans les cas de vieillissement, de traumatisme sonore, d'accident vasculaire cérébral, de tumeur et de fracture du crâne. La personne devra donc s'y habituer en apprenant à se détendre (musique douce, relaxation). Des médicaments, tels que les vasodilatateurs périphériques, qui augmentent le calibre des vaisseaux, peuvent aussi aider à maîtriser les symptômes. Leur efficacité reste néanmoins limitée. Dans certains cas très graves, le médecin prescrira de la cortisone. Le traitement d'un taux de cholestérol élevé, par un changement de certaines habitudes alimentaires et par la prise de médicaments, peut aider à diminuer les symptômes d'acouphène. Pour la maladie de Ménière, également chronique, quelques traitements parviennent quelquefois à limiter les sensations auditives. Un régime faible en sel et des diurétiques peuvent être recommandés pour régulariser la pression de l'endolymphe. Si ces moyens ne suffisent pas, le médecin pourra pratiquer une injection de gentamycine à travers la membrane du tympan. En drainant l'endolymphe, cet antibiotique réussit parfois à diminuer les symptômes. Ce traitement, qui est très courant, se fait sous anesthésie locale. Il est bien toléré par les patients. Troubles de l'oreille moyenne L'acouphène disparaît avec un traitement adéquat. L'otite de l'oreille moyenne se soigne bien et rapidement avec des antibiotiques. Les perforations du tympan se guérissent seules la plupart du temps, mais il arrive qu'une intervention chirurgicale soit nécessaire. L'opération consiste à coller sur la perforation un papier stérile (qui ressemble un peu à un papier de cigarette) qui permet à la peau de se refermer et de former un nouveau tympan. L'otospongiose se traite également par la chirurgie. Il s'agit d'une intervention mineure qui consiste à couper le ligament de l'étrier afin de lui redonner toute sa mobilité. Troubles de l'oreille externe Le médecin enlèvera tout simplement le bouchon de cérumen qui obstrue le conduit auditif externe. Il procédera soit par curetage (en utilisant une curette pour enlever la cire), soit par lavage de l'oreille avec une seringue remplie d'eau. Sur internet : France-Acouphènes www.france-acouphenes.org Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA)

Initialement publié le 01/06/2001 - 02h00 et mis à jour par <a href="/taxonomy/term/19327" hreflang="fr">Dr Pierre Ferron, Oto-rhino-laryngologiste (ORL), Centre Hospitalier Universitaire de Québec Hôtel-Dieu </a> le 01/08/2005 - 02h00 Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
La surdité chez les chiens et chats Mis à jour le 13/02/2007 - 00h00

Votre chien ou votre chat ne semble plus réagir à vos appels ou est surpris lorsque vous l'abordez sans avoir été vu préalablement? Il convient de vérifier s'il possède une acuité auditive normale.

Audition : le massacre des décibels Mis à jour le 20/05/2015 - 09h02

L' oreille est un organe relativement fragile et les troubles de l' audition occasionnés par des traumatismes sonores peuvent être irréversibles. Pourtant, le bruit est une agression maîtrisable. Parce que la médecine est impuissante à guérir les déf...

Plus d'articles