Acné: les médicaments ne causent pas de suicides

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 15/11/2010 - 01h00
-A +A

Les médicaments contre l'acné, l'isotrétinoïne (souvent connue sous le nom de roaccutane) plus précisément, n'augmentent pas le risque de suicide. Mais l'acné, oui!

PUB

L'acné, le roaccutane et les suicides


L'isotrétinoïne (Roaccutane) est un dérivé de la vitamine A qui est utilisé dans le traitement des acnés sévères. Il s'agit d'un médicament très efficace, mais ses effets secondaires et risques sont relativement nombreux. Ainsi, les femmes qui en prennent doivent utiliser de préférence deux moyens de contraception, parce que le risque de malformation ou de mort du foetus en cas de grossesse est très élevé. Un autre risque souvent cité est celui d'idées dépressives et même de suicide. Associés à des effets secondaires souvent gênants (photosensibilité qui empêche de se mettre au soleil, sécheresse de la peau, risques pour le foie...), ces risques font de l'isotrétinoïne un médicament à mauvaise réputation. Malheureusement pour les personnes qui souffrent d'une acné très prononcée!

L'isotrétinoïne n'augmente pas le risque de suicide


Une étude publiée ce mois-ci dans le British Medical Journal vient cependant de montrer que l'isotrétinoïne n'augmente pas d'elle-même le risque d'idées noires, ni de suicide. Des chercheurs suédois se sont penchés sur les suicides pendant un traitement à l'isotrétinoïne, mais aussi quelques années avant et quelques années après. Résultat: le risque de suicide augmente avant le traitement, et il reste élevé jusqu'à six mois après que le patient ait cessé de prendre le médicament. La hausse constatée pendant la prise du médicament n'est pas nulle, mais elle n'est pas non plus suffisante pour être significative. Ces résultats semblent indiquer que le risque serait plutôt dû à l'acné elle-même qu'au médicament. La conclusion des chercheurs est claire: l'association entre traitement contre l'acné et suicide justifie amplement que l'on prête attention aux personnes qui sont sous isotrétinoïne jusqu'à un an après la fin du traitement. Mais en revanche elle n'est pas suffisante pour que l'on renonce à traiter pour leur acné des personnes qui sont déprimées ou ont une tentative de suicide dans leur histoire.
Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 15/11/2010 - 01h00

Anders Sundström, British Medical Journal, novembre 2010

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Médicaments contre l’acné: sont-ils vraiment dangereux? Publié le 15/02/2011 - 13h53

Les médicaments contre l’acné reviennent sur le devant de la scène, d’autant plus qu'en France le père d’un adolescent qui s’est suicidé après avoir été traité par de tels médicaments vient d’assigner 3 laboratoires au tribunal. Que faut-il savoir ex...

Suicide en hausse en Flandre Mis à jour le 28/01/2003 - 00h00

Le suicide concerne tout le monde. Fin de l'année dernière, la ministre flamande de la Santé Publique, Mieke Vogels, réunissait à Anvers 900 personnes pour discuter de cette problématique.

Plus d'articles