Accro au jeu

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 27/04/2004 - 00h00
-A +A

Le jeu peut conduire certaines personnes à la dépendance. Il devient un élément indispensable de leur existence, une véritable drogue, qui leur fait perdre totalement le contrôle de la situation.

PUB

Les 12-18 ans sont les plus à risque

Près de 100.000 Belges sont concernés par une assuétude au jeu et 20% d'entre eux sont totalement dépendants. Un millier de nos compatriotes sont interdits de jeu. En moyenne, deux personnes par jour sont hospitalisées pour une dépendance au jeu, 150 personnes par an sont admises dans une institution fermée pour ce motif et un millier suit un traitement psychiatrique ambulatoire. 90% des joueurs invétérés sont des hommes et 75% d'entre eux sont esclaves des machines à sous. Il n'y a pas de distinction en ce qui concerne le niveau social, par contre en ce qui concerne l'âge, 50% ont moins de 25 ans. Ce sont les 12-18 ans qui constituent la tranche d'âge à risque, notamment en raison de l'explosion de l'Internet et des jeux vidéo.

Un asservissement progressif

Les assidus au jeu ne le deviennent pas du jour au lendemain. Ils éprouvent progressivement de plus en plus de difficultés à contrôler leur démon du jeu et passent généralement par trois phases:

  • Un passe-temps agréable: ils ont la main heureuses ou pas et jouent de temps à autre. Ils songent à retenter leur chance pour augmenter leurs gains ou récupérer leurs pertes.
  • La passion s'installe: le jeu devient plus qu'un simple passe-temps et les amène à négliger d'autres activités, telles que les relations sociales. Ils perdent de plus en plus d'argent et empruntent pour pouvoir jouer. Mais, cet argent emprunté, il faut le rembourser.
  • Le jeu devient une occupation à temps plein: ils croient trouver la solution à leurs problèmes de vie dans le jeu. La dépendance s'installe et le jeu devient une obsession, leur seul et unique centre d'intérêt.

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 27/04/2004 - 00h00 Brochure " Jouer, plaisir et divertissement ? ", Commission des jeux de hasard.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
L’addiction au jeu : quand jouer n’est plus un jeu Publié le 29/07/2013 - 15h35

En Belgique, 4000 personnes sont dépendantes au jeu et on estime que 176.000 sont des joueurs à risque. Le joueur addict typique est un homme, jeune, citadin et à faibles revenus. Les conséquences d’une pratique excessive du jeu peuvent être graves (...

Jeu et drogue : une même dépendance ? Publié le 22/01/2015 - 11h46

La dépendance aux jeux est aujourd'hui bien connue. Même si elle ne passe pas par la consommation de substances addictives, elle produit sur le cerveau une action comparable à celle de la drogue .

Quand le jeu devient une drogue ... Mis à jour le 22/10/2002 - 00h00

Qui n'a pas une fois vibré en écoutant le cliquetis des pièces tombées d'une machine à sou ? Qui n'a pas une fois tenté de gratter une carte dans l'espoir de devenir multimillionnaire ? Le jeu d'argent (tiercé, loto, casino, etc.), quand il est épiso...

Plus d'articles