Accident cardiaque ou cérébral : savez-vous reconnaître les signes d'alerte ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 20/09/2016 - 16h21
-A +A

En matière d'accident vasculaire cérébral ou cardiaque, chaque minute compte. L'important est de réagir vite, très vite, et donc de savoir reconnaître les signes d'alerte d'un infarctus du myocarde ou d'un accident vasculaire cérébral. Vous-même, les connaissez-vous?

PUB

L'urgence absolue

Seule une prise en charge précoce augmente les chances de vivre, et sans séquelles. Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de handicap et la première cause de décès chez les femmes. Chaque année, 19.000 personnes font un accident vasculaire cérébral(AVC). Parmi elles, 5000 décèdent dans le mois qui suit et 6000 sont atteintes d'invalidité permanente, selon l'association de lutte contre l'AVC, Stroke. Les chiffres ne sont pas plus rassurants en ce qui concerne l'infarctus du myocarde (la "crise cardiaque") qui touche plusieurs milliers de personnes chaque année: les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès au travers de l'Union Européenne. Et il faut s'attendre à ce que les chiffres augmentent, avec le vieillissement de la population... On peut cependant aider les victimes à s'en sortir si l'on connaît les signaux d'alerte et que l'on contacte immédiatement le 112.

Or peu de gens sont informés dans ce domaine. Pourtant, les chiffres concernant l'hypertension (selon la Ligue cardiologique belge, 1.200.000 belges en seraient touchés "officiellement", et autant en souffriraient sans le savoir) qui est la première cause des infarctus et des AVC, prouvent que chacun d'entre nous a dans son entourage au moins une personne qui est à risque de ce type d'accident.
Révisons donc...

Quels sont ces symptômes ?

- Infarctus du myocarde : survenue brutale d'une douleur au milieu de la poitrine qui persiste plus de 15 minutes, souvent accompagnée de certains autres signes (sensation de mort imminente, impression de lourdeur ou de serrement qui se propage vers la mâchoire, le cou, voire l'épaule).
- Accident vasculaire cérébral : survenue brutale d'une faiblesse, voire d'une paralysie, d'un côté du corps. Incapacité à maîtriser certains gestes et la parole. Quand on demande à la personne de sourire, seule une moitié du visage est mobilisée.

Initialement publié par Dr Philippe Presles le 08/01/2008 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 20/09/2016 - 16h21

Communiqué de presse de la 1re Journée nationale de l'urgence vasculaire, 15 novembre 2007.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Plus d'articles